25 Juil 2018

ORIENTATION POST-BACCALAURÉAT, COMMENT AIDER VOTRE ENFANT A FAIRE LE BON CHOIX ?

Dès la fin du secondaire, les adolescents doivent déjà penser à leur orientation post-bac. Et pourtant, très peu parmi eux ont une idée claire de la profession qu’ils aimeraient exercer. En tant que parents, comment pouvons-nous les aider à faire de bons choix pour leur avenir ? Voici un article tiré d’expérience et de lectures pour vous aider.

Les questions à se poser… Si votre enfant semble lui-même perdu dans tous ces choix qui se présentent à lui… En effet, il y a quelques questions qui devraient l’aider à y voir un peu plus clair. Demandez-lui :

  • Quels sont les sujets qui le passionnent, qui le font vibrer ?

    • Est-ce qu’il aime étudier, est-ce qu’il se voit encore plusieurs années sur les bancs, ou est-ce qu’il souhaite juste en finir le plus vite possible ?

    • Parmi les 5 domaines suivants, lequel se rapproche le plus de ses intérêts :

    1 – les êtres vivants, incluant les plantes, animaux, humains, etc.

    2 – la finance,

    3 – la société en général (sciences sociales, humaines, éducation, etc.)

    4 – la gestion, le numérique

    5 – les arts, cultures, graphisme, les langues.

S’il a déjà une idée bien arrêtée de sa profession de rêve, aidez-le à en apprendre encore plus à ce sujet, à en connaître tous les aspects, les avantages et les inconvénients.

Si vous voyez qu’il a des aptitudes spécifiques, vous pouvez aussi l’enligner en lui suggérant des choix de métiers. Par exemple, s’il a une excellente mémoire et qu’il a une facilité pour les langues, des études en traduction pourraient être une option.

S’il est créatif, adore les films et s’amuse souvent sur Internet à faire des montages photo, vidéo ou du stop motion, peut-être, aurait-il envie de se diriger en cinéma ou en animation vidéo.

QUELQUES ERREURS A NE PAS COMMETTRE:

De nombreux parents, même s’ils souhaitent le meilleur pour leurs jeunes, ne s’y prennent pas de la bonne manière. Ils ont tendance à oublier que cet ado a des talents, des goûts et des limites qui lui sont propres. Ainsi, il faut à tout prix :

• Éviter de projeter sur votre enfant vos propres désirs. Les passions que vous aviez dans votre jeunesse ne sont pas les siennes.
• Éviter de choisir à sa place, parce que vous êtes certain qu’il a les qualités requises pour telle ou telle profession. Peut-être avez-vous raison, mais le choix doit être le sien. Lui suggérer oui, choisir à sa place, non.

• Ne pas rejeter ses idées et ses rêves, même s’ils vous semblent illusoires (ce qui est souvent le cas lorsque des jeunes souhaitent s’orienter dans le milieu artistique.)
• Vous montrez intraitable sur la poursuite d’études supérieures : tout le monde n’est pas fait pour aller extrêmement loin dans les études. Si votre jeune, même avec des bons résultats, sait d’avance qu’il préfère s’orienter vers un travail manuel, ce n’est pas lui rendre service que le pousser à tout prix dans une autre direction. C’est le meilleur moyen de le voir abandonner en cours de route… Sans avoir une profession ! Vous pouvez à ce niveau trouver des compromis avec lui, ainsi, ça sera gagnant-gagnant.

Si tout le processus d’orientation vous semble, à vous et à votre ado, un peu trop compliqué, n’hésitez pas à demander l’aide d’un intervenant professionnel. Il y a toujours les conseillers d’orientation des établissements scolaires, mais aussi des intervenants au privé qui pourraient vous aider dans cette démarche, grâce à divers tests d’intérêts et de personnalité.

En définitive, la bonne attitude est de co-choisir la filière post-bac avec son enfant en prêtant attention à ses potentialités et en lui faisant confiance.

“Quand je serai grand, je serai médecin ou avocat.”… On l’a tous pensé.
Certains ont suivi leur rêve de départ, d’autres ont fait le choix proposé par leurs parents. Ce fut mon cas, et pour tout vous dire, je n’ai aucun regret. Chers Parents, trouvez avec votre enfant le juste équilibre. Félicitations aux nouveaux bacheliers !

janinekacoudiagou