21 Juin 2017
FemmesGROUPE NSIA

Une nouvelle ère, dans les conditions des femmes du GROUPE NSIA

L’impossibilité de faire garder ses enfants est souvent un facteur d’absentéisme et de démotivation pour les employés. C’est ce que révèle l’enquête “Entre famille et travail menée” par l’INED France. 

Sous nos tropiques, chaque année des milliers de personnes particulièrement des femmes, cessent de travailler pour s’occuper de leurs enfants de moins de 3 ans. Près de la moitié d’entre elles auraient préféré continuer à travailler. À ce propos, j’ai moi-même été confrontée à cela lors de la naissance de chacun de mes enfants. C’est fort de ce constat qu’en ma qualité de Directrice Générale du Groupe NSIA, Banque, j’ai initié le projet de création de crèche entreprise au sein de la structure que j’ai l’honneur de diriger. 

Un acte que je ne jugerais pas de « féministe » mais plein de « sens » pour les femmes et par ricochet pour la famille. Au sein du GROUPE NSIA, présent dans plus de 12 pays et qui emploie plus de 2000 salariés ; nous essayons au travers d’actes simples, de faciliter le quotidien de nos salariés, dont 70 % ont moins de 40 ans. Cette équipe grâce à qui nous nous imposons sur nos différents marchés. Pour nos salariés, les préoccupations liées à la garde des enfants sont réelles, ce qui nous a incités, début 2016, à réfléchir à la création d’une crèche dans notre entreprise.

Ainsi, une phase expérimentale de ce projet fut lancée dans l’une des filiales du Groupe NSIA à Lagos au Nigeria que nous avons pris plaisir à visité hier, en présence du PDG du Groupe Jean Kacou DIAGOU et de certains directeurs centraux de la filiale nigériane.

femmes NSIA

Femmes NSIA

Femmes Nsia

janinekacoudiagou