03 Jan 2017

Le leadership féminin en Afrique by Janine Diagou

L’économie et le leadership de la femme africaine dans ce secteur ont été au cœur d’une conférence organisée par l’Unesco à Paris. Janine  Diagou fut l’un des invités de cet événement au côté de nombreuses autres femmes leaders du continent. A cet effet, Janine Diagou fut également conviée à un débat sur les difficultés rencontrées par la junte féminine dans le domaine économique en Afrique par la chaîne internationale France 24.

France 24: Racontez-nous des anecdotes qui vous rappellent dans votre vie professionnelle ou quotidienne que vous êtes une femme et donc moins bien traitée parce que vous êtes une femme dans un monde d’homme?

Janine Diagou: Merci de m’avoir invité sur ce plateau, j’espère à travers mon expérience motiver d’autres femmes à atteindre le leadership. Entant que femme, j’ai vécu de nombreuses situations d’inégalités de genre dans le monde financier qui est censé être un monde d’homme.

En effet, lorsque j’ai rejoins le groupe familial Nouvelle Société Inter-Africaine d’Assurances (NSIA), j’ai commencé comme simple auditeur. Ensuite, j’ai gravi de nombreux échelons au sein du groupe comme tout le monde.

Cependant, à un certain niveau, j’avais l’impression de stagner professionnellement. C’était dû à mon passage de simple auditeur à Directeur financier qui ont fait l’objet de nombreux conseils d’administration. Ce qui ne méritait pas à mon avis autant de débats en raison de mes aptitudes professionnelles et de mes liens de parenté avec le Président Directeur Général du Groupe, juste parce que je suis une femme.

leadership féminin en afrique

Lire aussi: L’intervention de B. Janine Diagou au colloque de Genève

France 24: Janine Diagou a telle connu une différence salariale parce que vous êtes une femme?

Janine Diagou: Effectivement! Quand je suis arrivée au poste de Directeur financier, j’ai eu une proposition salariale de 40% de moins par rapport à celui accordée aux hommes notamment le Directeur financier que je remplaçais. D’ailleurs, j’ai été dotée d’un véhicule d’une gamme inférieure comparé à celle de mon prédécesseur sous prétexte que j’étais une Diagou mais mariée et que je devais prendre un véhicule dans le pack-auto de mon époux. Ce qu’on ne pourrait jamais demander à un homme.

France 24: Selon vous Janine Diagou, comment lutter contre ces préjugés?

Janine Diagou: Pour moi, l’une des clés pour résoudre ces difficultés (préjugés): c’est éducation de la femme africaine. En fait, grâce à elle, les femmes pourront atteindre d’une part, l’autonomisation financière et sociale et d’autre part être plus pointues que les hommes dans bon nombre de domaines.

Ce faisant, cela pourrait permettre de changer les mentalités des hommes sur l’incapacité de la femme à assumer les mêmes responsabilités que ceux-ci tant dans le domaine économique et social.

En sus, une meilleure rigueur et une performance dans leurs activités contribueraient à bouleverser nos sociétés pour une meilleure égalité hommes-femmes. Enfin, l’abnégation et la confiance en soi constituent des piliers sur lesquels la femme africaine devrait s’appuyer pour asseoir son leadership.

janinekacoudiagou