03 Mai 2017

B. Janine Diagou au colloque de Génève

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, l’association panafricaine AFIP (Africa Femmes initiatives positives) a organisé, hier 8 mars 2017, à Genève précisément au siège de l’ONU, un colloque international. Cette plateforme a été un véritable moment de partage d’expériences entre Janine Diagou et autres femmes leaders du monde autour de la question de l’émancipation et la place de la femme dans l’émergence économique.

JANINE DIAGOU

C’est à tour de rôle que chacun des panélistes abordait ce thème…En prenant la parole, Janine Diagou a pris du plaisir à relater son expérience et parcours de femme leader.

 « Je suis née à Blockhauss (Abidjan) et j’ai grandi auprès de mes tantes. Si ce n’était pas la volonté de mon père de me scolariser, je serai peut-être devenu une vendeuse d’attiéké comme certaines filles de ma génération ».

Janine Diagou: “Ainsi, j’ai eu à rappeler certains détails de ma vie professionnelle particulièrement l’étape où je fus confrontée à de nombreux cas de discriminations du genre.  Effectivement! Quand je suis arrivée au poste de Directeur financier au sein du GROUPE NSIA, j’ai eu une proposition salariale inférieure de 40% à celle qui avait été accordée au Directeur financier que je remplaçais. Aussi, j’ai été dotée d’un véhicule d’une gamme inférieure, toujours lorsqu’on le compare à celle de mon prédécesseur. En ce moment-là, on me signifiait que du fait de mon état de femme mariée, je devais prendre un véhicule dans le pack-auto de mon époux…Ce qu’on n’aurait jamais pu demander à un homme pour le même poste”.

Après cette série de partage d’expériences, les participantes ont proposé des solutions pour une émancipation totale de la femme de partout le monde.

Pour moi, l’une des clés pour résoudre ces difficultés (émancipation de la femme): c’est l’éducation de la femme.

En effet, une femme scolarisée peut atteindre facilement l’autonomisation financière & sociale et se proposer pour les mêmes « postes » que les hommes dans bon nombre de domaines. Ce faisant, cela pourrait permettre de changer les mentalités des hommes sur l’incapacité de la femme à assumer les mêmes responsabilités qu’eux dans le domaine économique et social.

Lire aussi: Le passage de Janine Diagou sur le plateau de France 24

Il faudra donc noter qu’avec beaucoup de rigueur et une performance dans leurs activités, les femmes pourraient contribuer à bouleverser nos sociétés pour une meilleure égalité hommes-femmes. Tout ceci, bien évidemment avec une dose d’abnégation et de confiance en soi, ces piliers sur lesquels la femme africaine devrait s’appuyer pour asseoir son leadership.

janinekacoudiagou