08 Avr 2018

25 conseils pratiques pour réussir son business

Vous avez un projet et l’heure arrive de le concrétiser. Alors, vous devez nécessairement lire ceci.

Conseils aux futurs entrepreneurs, aux jeunes pousses…

SE METTRE DANS LE BON ÉTAT D’ESPRIT

 

 Savoir quelle est sa motivation

La création d’entreprise mobilise l’entrepreneur à temps plein. Par conséquent, avant de se lancer, il est important de se préparer à devoir sacrifier quelques soirées, week-end ou loisirs pour se consacrer pleinement à son projet. Un tel dévouement demande une motivation profonde et sincère que l’entrepreneur devra trouver en lui et transformer en une source inépuisable d’énergie. Le premier conseil porte donc sur un aspect très personnel : il s’agit d’avoir conscience des enjeux et de savoir quels sont ses objectifs et quelle est sa motivation.

 Oser la différence

La plupart du temps, cette différenciation se traduit au niveau du produit, du prix ou du service. Mais l’état d’esprit de l’entrepreneur est également un aspect à même de révolutionner un marché : pour pouvoir saisir la nouveauté et l’innovation, mieux vaut être capable de penser autrement. Paola Fabiani de Wisecom formule cette idée de la sorte : « Il faut avant toute chose avoir une bonne dose de confiance en soi, croire en ses projets et oser la différence. La première qualité, c’est de savoir oser, de ne pas rester dans les schémas établis ou dans le modèle existant. »

 Être convaincu

L’un des conseils les plus prônés par les entrepreneurs à succès porte sur la force de conviction : les créateurs doivent croire en leur projet pour réussir. À un moment ou à un autre, le créateur sera forcément confronté à des avis négatifs, à des personnes anxieuses ou appréhensives. La conviction du chef d’entreprise est fondamentale, car il représente aux yeux des gens à la fois le moteur et l’ambassadeur de l’entreprise. Son humeur sera l’indicateur de la santé de l’entreprise et sera perçue par les investisseurs, les financeurs, les clients, etc.

 Ne pas se mettre de limites

Il n’y a pas besoin d’être un génie pour entreprendre, c’est à la portée de tout le monde. En d’autres mots, il ne faut pas se mettre de limites, et, au contraire, apprendre à faire taire ses doutes. Tout le monde peut entreprendre à partir du moment où le désir se manifeste.

 S’organiser

Avec ou sans financement, il est généralement conseillé de surveiller ses dépenses et de prioriser les investissements. Certains entrepreneurs recommandent ainsi de travailler de chez soi, notamment pour éviter des frais inutiles.

CONSTRUIRE SON PROJET

 Définir son projet

La création d’entreprise repose sur un projet réfléchi, ambitieux et solide. Certains entrepreneurs trouvent l’idée porteuse très tôt et se lancent dans la foulée, alors que d’autres observent leur marché pendant plusieurs années en étant salarié dans une entreprise avant de démarrer une activité à leur compte. Quoiqu’il en soit, pour parvenir à pérenniser une activité, il est conseillé de commencer petit pour ajuster son projet en fonction des premiers résultats.

 

7 – Trouver sa valeur ajoutée

Pour réussir, une entreprise doit nécessairement sortir du lot. Cela revient également à trouver sa valeur ajoutée. Elle peut porter sur des compétences techniques, un mode de management, un produit qui révolutionnera des habitudes des consommateurs, etc. Dans tous les cas, il faut apporter quelque chose d’unique qui fera toute la différence.

 Parler de son projet

Bon nombre de futurs entrepreneurs sont gênés à l’idée de parler de leur projet. Surtout, il ne faut pas hésiter à parler de son projet : « Beaucoup de gens pensent : ‘je ne parle pas de mon projet sinon on va me le piquer’. En fait, il faut en parler à un maximum de gens et les gens vont venir à vous et vont vous aider. Ils vont dire : ‘Ah tiens, je connais quelqu’un qui peut t’aider !’, ‘Ah tiens, je peux faire cela pour toi’. En réalité, c’est comme cela qu’on avance. »

 Être persistant

Bons nombres d’entrepreneurs avouent avoir failli renoncer à plusieurs reprises. La réussite, c’est aussi le fait de surmonter tous les obstacles qui se dressent sur le chemin du créateur d’entreprise au niveau professionnel, personnel, concurrentiel, etc. Soyez persévérants

10  Obtenir des financements

Pour voir le jour, certains projets ont besoin de financements importants. Pour ce faire, il existe plusieurs options possibles : investir son capital personnel, emprunter ou se faire financer. Dans tous les cas, il est important de prendre conscience des conséquences de cette démarche. En effet, il faut garder en tête que les financements peuvent être un moyen de lancer un projet, mais qu’ils constituent également une dette à rembourser que le projet réussisse ou non. Il faut donc pour un début maximiser sur la vision et le côté viable du projet.

CONNAÎTRE SON MARCHÉ

11  Étudier son marché

La connaissance du marché est un facteur clé de succès. Il est fondamental de se demander si ce qu’on va proposer intéressera ou non les clients. La connaissance du marché est faite d’observation. Cette étape appartient nécessairement au créateur, car ce sont ses conclusions qui permettront d’établir l’offre la plus pertinente. L’entrepreneur doit donc être constamment à l’écoute des tendances et besoins.

12  Connaître la concurrence

La connaissance du marché passe également par une idée précise de l’état de la concurrence. Dans ce cas, l’étude de marché est un outil pertinent. Cette connaissance de la concurrence sert également à valider la solidité d’un projet, par exemple pour les dossiers de financement.

13  Tester son projet

Il est possible de travailler une idée ou un projet des années en apportant sans cesse quelques modifications. Cependant, un projet ne prend sa valeur que lorsqu’il est mis en pratique. Dans ce cas, rien ne sert de chercher la perfection de manière théorique, il est bien plus enrichissant d’observer la réaction de ses fournisseurs ou de ses clients pour, éventuellement, corriger son offre. Autrement dit, tester son projet permet de l’adapter en cours de route. Les entrepreneurs à succès conseillent ainsi d’aller tester ses produits et d’aller les vendre.

14  Saisir les opportunités

La création d’entreprise et le succès dépendent parfois d’opportunités qu’il faut s’empresser de saisir. Par exemple, avoir été salarié dans le privé pendant plusieurs années permet de connaître un marché suffisamment pour savoir où est la demande. Dans ce cas, mieux vaut réaliser ce projet au plus vite, avant qu’un concurrent ne se positionne. Car les opportunités d’entrepreneuriat peuvent être éphémères.

15 – Entreprendre à l’international

Lorsqu’un marché national n’est pas prêt à accueillir une idée, il n’est pas forcément nécessaire de mettre son projet de côté et d’attendre. Entreprendre à l’international est une solution qui peut être source de succès. 

SAVOIR S’ENTOURER

16  Composer une équipe

Il est recommandé à tous les créateurs de faire le point sur ce qu’ils ont à apporter et sur ce dont ils sont capables d’offrir, notamment en termes de compétences. Denis Jacquet explique : « Le bon entrepreneur est forcément imparfait : ce qui distingue le bon entrepreneur du mauvais, c’est que le bon sait qu’il est imparfait. Par conséquent, il va bien s’entourer, il va bien se faire conseiller, il va trouver les bons binômes. Celui qui pense qu’il sait tout, il va effectivement tout faire, se planter et se replanter. » L’un des principaux défis au moment de la création d’entreprise est de parvenir à trouver des gens qui ont une vraie valeur-ajoutée. Il faut d’une part identifier les tâches en ayant une vision claire des procédures et, d’autre part, trouver les bonnes personnes pour les effectuer.

17  Savoir entreprendre à plusieurs

La notion de synergie des compétences est tellement importante dans la création d’entreprise que beaucoup de personnes sont tentées d’entreprendre à plusieurs. Dans ce cas, il est fondamental d’éclaircir au plus vite les objectifs et les compétences de chacun. La confiance est aussi fondamentale lorsque l’aventure de l’entrepreneuriat est vécue à plusieurs.

18  Nommer un leader

Quelle que soit la structure de l’entreprise, elle doit avoir un leader : il faut savoir qui aura le dernier mot, qui sera habilité à décider voire à trancher. Dans certaines entreprises, le leader est favorisé en termes de capital. Cette formule n’est pas nécessairement la meilleure option à retenir. Quand on monte à plusieurs, il est important que chacun s’éclate et que chacun trouve son domaine de compétences. Ensuite, il doit y en avoir un qui est un peu plus décisionnaire. Il peut avoir plus d’actions, mais ce n’est pas obligatoire, ce sont deux choses qui sont déconnectées. Il est important que le leader soit identifié par les autres en tant que chef. S’il prend une décision, les autres suivent. Le rôle de leader peut changer de mains avec le temps.

19  Se constituer un réseau

L’équipe et les partenaires sont parmi les plus grandes richesses d’une entreprise. Mais, dans un même temps, il est important d’entretenir son réseau. Cela sert à solliciter des pairs afin de partager des expériences ou demander des conseils. Deuxièmement, le réseau est un catalyseur de l’activité : cela permet aux entrepreneurs de trouver des clients, des fournisseurs, des ressources beaucoup plus rapidement.

20  Équilibrer la vie professionnelle et la vie personnelle

Paradoxalement, certains entrepreneurs sont tellement passionnés qu’ils ont plus de facilité à gérer leurs projets professionnels que leur vie personnelle. Le créateur doit en quelques sortes préparer son entourage avant de démarrer. Le compagnon peut d’ailleurs devenir un partenaire et prendre part au projet.

Développer son activité

21  Chercher des clients

Quel que soit le marché, à un moment donné, il sera nécessaire de valider le modèle. Autrement dit, il faudra aller sur le terrain et rencontrer ses clients. Le passage du projet à la vente est souvent un moment décisif. Ce sont les clients qui vont donner corps à l’entreprise et créer son activité.

22  Savoir prendre des risques mesurés

Lorsque le projet est innovant, l’entrepreneuriat est un challenge, voire un pari risqué. Le créateur décide de consacrer du temps, de l’argent et de l’énergie à un projet dont rien ne garantit le succès. Certes, il est possible de diminuer les risques, notamment en étant particulièrement vigilant au marché, aux clients, au projet, à l’équipe et aux concurrents, mais le risque zéro n’existe pas dans l’entrepreneuriat. Il est donc conseillé de se fixer quelques règles à ne pas enfreindre et d’apprendre à mesurer les risques pour ne pas se mettre en danger.

23  Surmonter les échecs

L’échec est souvent aussi difficile à assumer socialement que personnellement… Pourtant, il fait partie de la vie de l’entreprise. N’oubliez pas quand « on se plante », « on pousse », n’ayez pas peur de vous tromper ou d’échouer. Ce n’est qu’en prenant des risques que vous apprendrez.

24  Valoriser son capital

La valorisation du capital passe avant tout par un réinvestissement productif des bénéfices. Autrement dit, mieux vaut dépenser pour des machines, des compétences, des brevets ou autres que dans des biens luxueux, sauf si le luxe fait partie du business plan.

25  Gérer sa croissance

La réussite n’est jamais acquise et les entreprises franchissent des paliers dans leur croissance qui constituent de nouveaux défis. Il faut nécessairement gérer progressivement sa croissance, prendre son temps et avoir un projet de développement bien défini.

Source : challenge.fr

janinekacoudiagou